Commission « e-santé »

Les scores affichés dans le domaine des technologies d’information de santé par la France, cinquième puissance mondiale, dans une récente étude européenne sont sans équivoque. Douzième rang concernant le télémonitorage des patients externes. Vingt-et-unième s’agissant la visioconférence. Vingt-huitième en matière de PACS. La patrie du meilleur système de santé au monde ne figure pas encore dans le quart-monde numérique, mais sans un sursaut urgent elle pourrait finir par s’en approcher dangereusement.

Dans le domaine des technologies pour la santé et le médico-social, la sortie de paralysie se heurte à deux obstacles dressés sur le chemin d’un réveil urgent.

D’une part, en marge des déclarations d’intention généreuse des responsables politiques de tous horizons, le vide d’initiatives, concrètes et à la hauteur des ambitions, se creuse depuis la rentrée 2010. La lecture des programmes des candidats à la magistrature suprême n’incline en outre pas à un surcroît d’optimisme pour les 12 à 18 prochains mois. D’autre part les initiatives privées, trop souvent dépendantes d’un modèle subventionné usé jusqu’à la  corde, peinent à se structurer.

 

Dans un marché atone, pour les acteurs du marché (donneurs d’ordre, utilisateurs, prestataires, investisseurs) l'alternative est donc simple : soit rester en ordre dispersé à attendre passivement des décisions qui ne viendront pas – ou trop tard,  soit au contraire mutualiser énergies et réseaux pour concevoir des projets qui iront au-delà d’expérimentations perfusées sans lendemain, adossés à des modèles économiques pérennes.

C’est pour répondre à ce défi que la « Commission e-santé » a été créée, constituée lors sa fondation par d’ores et déjà 32 entreprises adhérentes. Cette Commission est présidée par Paul Verdiel, administrateur LESISS et Président d’H2AD, épaulé par deux vice-Présidents : Julien Martel (Alere France) et Alexis Westermann (Bluelinea).

La feuille de route de cette Commission est simple dans l’énoncé : impulser grâce au dynamisme des acteurs de la société civile une filière des technologies d’information de santé qui soit moins tributaire des décisions politiques. Programme ambitieux mais à portée grâce à la stratégie d’alliances envisagée, au sujet de laquelle LESISS se tient à l’écoute des acteurs de tous horizons désireux de s’y associer.

 

> Contactez la Commission

 
Dernière modification : 26/06/2014