Colloque Numérique et Santé à Bercy : le patient-consommateur s’émancipe


« La médecine que nous connaissons fera bientôt partie de l’Histoire : elle paraître à nos descendants aussi baroque et hasardeuse que celle des médecins de Molière ». Si cette formule issue d’un ouvrage paru en 2011 sur les enjeux mondiaux de la technomédecine peut paraître iconoclaste, elle n’en demeure pas moins plausible. C’est à l’évidence ce que les échanges émaillant la plénière d’ouverture « Penser la santé autrement »  du Colloque Numérique et santé  organisé à Bercy les 28 et 29 février ont mis en lumière.

Comme les exposés l’ont montré, une évolution sensible de la posture de nos concitoyens au sujet de leur santé monte rapidement en puissance. En effet le patient passif, soumis au corps médical et à la seule démarche curative, troque désormais ses habits au profit de ceux de consommateur avisé, acteur de son « capital santé » et demandeur d’une prise en charge globale (coaching, prévention, soin).  En résumé, ie consommateur devient demandeur, bien au-delà du seul soin, d’un « bien vivre » dont les outils technologiques sont – et seront rapidement plus encore avec les demandes sociétales - une composante fondamentale.

Cette demande croissante pour un bien-vivre et une personnalisation de la réponse à ses besoins, en particulier sur son lieu de vie, suppose toutefois un financement approprié. A ce sujet la prise en charge financière par le consommateur d’une partie de nouveaux services  pour concourir à ce bien-vivre ne relève plus du tabou  Cette évolution où le consommateur prend son présent et son avenir en main est au reste heureuse à l’heure d’un bilan plus que contrasté de la traditionnelle santé administrée.

La journée du 29 a par ailleurs permis de brosser le tableau en devenir des systèmes d’information hospitaliers et de la télémédecine. Trois obstacles bien connus ont été mis en évidence : manque d’acculturation des acteurs de santé aux enjeux technologiques, faiblesse des maîtrises d’ouvrage, sous-investissements. Avec en filigrane la question, spécifique à la France, du positionnement des prestataires d’informatique hospitalière publics. Par ses actions concrètes, LESISS se positionne clairement comme un maillon proactif de la chaîne des acteurs de la société civile mobilisés.

> Position paper LESISS « Penser la santé autrement »
> Intervention en plénière « Pour des systèmes d’information au service de tous »
> Article « And the winner is … » (avec l’aimable autorisation de la rédaction en chef de la revue T.I.H)

 
Dernière modification : 03/03/2012