2013, An I de la transparence ?

L’ « Opération Transparence » que la Fédération LESISS a engagée au printemps dernier pour lever l’opacité qui règne depuis deux décennies dans le domaine des systèmes d’information hospitaliers publics prospère, et semble même faire des émules.

Ainsi, une récente initiative sur l’un des sites médicaux les plus fréquentés vise à promouvoir une « pétition pour le «  Sunshine Act à la française ». Une autre intéressante démarche vient d’être engagée, portée entre autres  par les  responsables du CISS, de l’UFC et de l’INC. Egalement soutenue par d’autres personnalités de la société civile, son objectif  est clair : libérer au bénéfice de la collectivité les données numériques du citoyen (dont celle qui concernent sa santé), souvent confinées par quelques intérêts particuliers dans une opacité méticuleusement entretenue.  Le  Parisien ainsi que le Nouvel observateur, mais également Le Monde dans ses éditions du 15 et du 30 janvier  ont tour à tour récemment fait état de cette initiative citoyenne, qui surfe sur la vague mondiale de l’Open Data. Reste à espérer que cette dynamique de transparence, qui devra naturellement s’épanouir dans un cadre réglementé, ne se heurtera pas dans notre pays aux conservatismes bon teint et aux intérêts corporatistes.

Quoiqu’il en soit, s’agissant du domaine des systèmes d’information de la sphère hospitalière publique, et parce qu’il en va d’enjeux de santé publique, LESISS poursuit son action en vue de faciliter l'assainissement des pratiques. Ainsi, la compilation d’une première série d’informations visant à apporter en son temps un éclairage approprié aux services de l’Etat a été menée pendant le semestre écoulé. C’est aujourd’hui une nouvelle étape, conforme aux avis rendus l’été dernier par la Commission d’accès aux documents  administratifs (CADA), qui  vient d’être engagée auprès des sept opérateurs publics de la sphère hospitalière.  A l‘issue de leur réception, l’examen minutieux des documents demandés permettra de poursuivre l’enrichissement du dossier en cours de constitution. Pour que l’indispensable transparence au service de l’intérêt général ne reste pas un vague slogan éphémère.

> La demande adressée aux 7 GIP hospitaliers
> Le courrier aux Chambres régionales des comptes
> La correspondance aux directions d’ARS

 
Dernière modification : 04/02/2013