Le changement, c’est étonnant !

Sur la planète entière, le numérique de santé est désormais perçu comme un puissant levier pour accompagner l’indispensable adaptation d’organisations  souvent à bout de souffle.  Et subsidiairement comme vecteur d’équilibres économiques gravement perturbés. C’est le cas en France, où la rapide déliquescence des services sanitaires et médico-sociaux rendus aux citoyens-contribuables met en péril le contrat social et se conjugue avec une dérive croissante des déficits.

Dans le champ du numérique de santé national, le constat est cruel. Les grands projets institutionnels de la précédente législature se sont à peu près tous soldés par de cuisants et dispendieux échecs. Reconnu comme tel tant par les responsables de l’exécutif que par les  parlementaires des deux Chambres, ce calamiteux bilan a en outre fait l’objet d’une analyse détaillée des causes du désastre par quelques grands corps de contrôle de l‘Etat. Avec en filigrane l’assurance d’un changement radical, censé donner à une stratégie publique à la trajectoire sinusoïdale un cap plus rectiligne, et susciter sur un marché en déshérence quelques champions numériques nationaux.  

Or, à la lumière d’un insolite épisode, le changement annoncé affiche un profil … étonnant.

Changement étonnant, car faisant du rachat d’entreprises privées un levier de croissance externe des opérateurs publics. Mais changement somme toute en ligne avec la « Lettre ouverte au futur Président de la République » adressée en avril 2012 par la Fédération LESISS aux finalistes lors de la dernière campagne électorale. A laquelle l’un des deux destinataires avait apporté quelques jours après une réponse enthousiasmante. Au final, un an après ces annonces le changement observé est conforme au communiqué qui accompagnait cette Lettre ouverte, prémonitoirement intitulé « Faut-il nationaliser le système d’information de santé ? ».

Le « Digital champion national » exportateur dans le secteur de pointe de la santé, appelé des vœux véhéments de l’exécutif pour rétablir l’équilibre très déséquilibré de notre balance commerciale, sera-t-il issu de la sphère publique subventionnée ?

 Nous vivons décidément une époque moderne …

> Communiqué de presse « Le changement, c’est étonnant ! »
> Article « Pluie d’annonces printanières » (Avec  l’aimable autorisation de la Rédaction en chef)
> Croissance externe pour un opérateur public

 
Dernière modification : 24/05/2013