Bonne nouvelle pour la généralisation du tiers-payant !

La présentation de la Stratégie nationale de santé,  réalisée en présence de trois ministres le 23 septembre dernier, a braqué les projecteurs sur quelques grands projets généreux. Dans le domaine des technologies, les annonces de l’exécutif ont recueilli un certain scepticisme chez les observateurs spécialisés.

 

En revanche, la décision de généraliser le tiers-payant, déjà en œuvre dans 24 des 28 pays de la communauté européenne, constitue un sujet qui ne laisse pas indifférent. Les uns y voient un risque de dérives inflationnistes,  les autres une avancée pour une meilleure fluidité de notre système de santé présentant de nombreux avantages.

 

Avantage en premier lieu pour les patients fragilisés, auxquels l’absence d’avance de frais redonnera un accès aux soins de premier recours. Avantage encore pour les médecins, en particulier concernant les généralistes, qui bénéficieront d’une simplification de la gestion de leur cabinet, d’une garantie de solvabilité de leur activité, et qui dans les zones sensibles seront moins exposés aux risques d’agressions. Avantage enfin pour l’organisation générale du système de santé, pour lequel le désengorgement des services d’urgences aujourd’hui au bord de l’implosion permettra une meilleure allocation des ressources et des gains d’efficience.

 

Il n’appartient naturellement pas aux industriels spécialisés de se prononcer sur le bien-fondé de cette annonce au sujet de laquelle la Mutualité française, très directement impactée par les modalités de mise en œuvre du tiers-payant généralisé, se déclare « impatiente » de participer.

 

Pour autant, dans ses modalités cette généralisation soulève deux questions. D’une part et comme l’indiquent certains analystes, se heurte-t-elle sur le volet technique à des difficultés dont la résolution se chiffrera en années de mise au point ? D’autre part, induira-t-elle une  complexité de gestion du cabinet médical ? A ces deux questions la réponse est sans ambiguïté : le dispositif peut rapidement être opérationnel, et ne suscite aucun surcroît de complexité. En d’autres termes, la généralisation du tiers-payant peut se faire rapidement et sans heurts. 

 

> Communiqué « Généralisation du tiers-ayant : tout est déjà prêt » 

> Présentation de la stratégie nationale de santé

 
Dernière modification : 26/09/2013